Séminaire vendredi 6 novembre 2020 de 10h à 18h. ANNULÉ

Le séminaire est annulé.

La prochaine séance du séminaire dit doctoral se tiendra le vendredi 6 novembre de 10h à 18h à l’Université Paris 8 (terminus ligne 13), amphi B106. Accès et plan du campus : https://www.univ-paris8.fr/Acces-et-plans

La séance portera sur : « Écrire la fabrique de la recherche, écrire les implications de recherche, écrire la recherche se faisant ». L’écrit de recherche (une thèse en particulier) se centre principalement sur ce qui est de l’ordre des « résultats », en présentant de manière plutôt formelle les procédés, processus et dispositions de l’enquête. Comment élargir la proposition d’écriture ? Comment l’écriture de recherche parvient-elle à rendre compte de la façon dont la recherche a été effectivement et concrètement produite et de la façon dont la chercheuse ou le chercheur a fait expérience de sa recherche et a fait expérience avec sa recherche ? Quelle place accorder au récit de la recherche ? En quoi cette restitution des processus et des implications fait recherche, contribue à la recherche ? Quelle place lui accorder dans une publication ou une thèse ?

Avec une contribution introductive, en majeure, de Sébastien Joffres, docteur en sociologie (laboratoire Experice). Dans sa thèse, récemment soutenue, « Fabriquer les formations en travail social (Sociologie d’un monde social et de ses activités) », Sébastien Joffres a fait recherche sur sa recherche et l’a restitué dans son écrit de thèse, principalement dans deux chapitres : « Trajectoire d’un questionnement » et « Faire terrain ». Une citation pour en donner un avant-goût : « Pour conclure, la notion de sites de construction est une manière de théoriser la recherche. Plus fondamentalement, elle joue le rôle d’outil descripteur. Elle propose une manière de rendre compte. Un chercheur, qui se centrerait sur sa trajectoire ou ses représentations, dirait quelque chose de sa recherche, mais s’inscrirait dans un récit mettant en scène un scientifique face au monde. Le récit par les sites de construction permet de montrer dans quelles configurations le chercheur se met en relation avec le monde. Il étoffe la recherche de ses médiations. Cela rappelle que la thèse ne s’élabore pas selon un processus uniforme et unique. » 

En mineur, Nicolas Guerrier, bricoleur-chercheur dans l’association Medication Time, contribuera à partir de cette adresse : « Recherche travaillée, recherche empêchée. Quelle recherche contre le travail ? ». À consulter, le site https://recherche.medicationtime.org/.

En mineur, Valérie Galerne, artiste sculpteure et masterante à Rennes 2, parcourra avec nous son cheminement questionnant : « Hésitations dans la recherche… et, en particulier, en arts-plastiques. Échanges d’expériences et relais de témoignages à propos du journal et de la revue en thèse. La sociologie au secours de l’art (ou pas), ou l’art qui emprunte à la sociologie (ou pas), etc. ».

En mineur, Hassane Hacini, chercheur en Sciences de l’éducation, doctorant en devenir, « Partage d’un cheminement de recherche en train de se faire » : Faire de sa recherche de mémoire de master 2 (Sciences de l’éducation) une recherche sur une question de recherche en lien avec une thématique du corps. Comment l’écriture de « récitscorps » a fait émerger des corps du passé pour enraciner un corps nouveau : celui du chercheur ? Quel est le lien entre ce travail de délimitation des corps vécus et la question de recherche recherchée ? (savoirs ancrés/savoirs situés)

(En raison de la richesse des contenus, nous poursuivrons possiblement lors du séminaire de février)

Pour des raison sanitaires, nous n’organiserons pas de buffet (ni pour les pauses café, ni pour le midi) mais il sera possible de pique-niquer dans la salle. Café et thé seront disponibles mais chacun devra apporter sa tasse ou gobelet, pour les mêmes raisons sanitaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *